Dittatura "sanitaria" è risistenza in Corsica !


L'annonce de la quasi-obligation de la vaccination par le président mondialiste français Macron, constitue une nouvelle étape de la guerre menée contre les populations placées sous la juridiction du régime de Paris.

Cette "stratégie de la peur" vise à s'assurer le soutien de la frange la plus âgée de l'électorat, par définition plus inquiète donc plus manipulable. Le seul électorat qui vote encore assez massivement.


En Corse, la mobilisation résistante s'est immédiatement déployée. Par centaines,voire par milliers parfois, les insulaires ( corses et étrangers ) sont descendus dans les rues plusieurs fois par semaine.


Sur l'île, les profils ethno-culturels des militants pro-libertés sont diversifiés, ce qui donne un ton hybride aux manifestations. Les "patriotes libres" corses côtoient des français opposés à leur gouvernement, voire au régime lui-même. Aux classiques "libertà" ou "statu francese assassinu" fait parfois écho le cocasse "la police avec nous !" . Même si bien évidemment, seule la Testa Mora flotte sur les rassemblements et défilés revendicatifs. Ce type de mouvement se développant hors des partis et syndicats établis, déjà esquissé lors de l'épisode Gilets-Jaunes, est amené à perdurer sur l'île.


Ennemi du peuple corse, ennemi des français, ennemi du monde du travail, le caricatural régime Macron permets sur l'île une ponctuelle convergence des résistances autour d'un objectif cette fois bien précis : le refus des mesures liberticides à prétexte sanitaire.


L'actuelle mobilisation oblige les nationaux corses à une réflexion de fond sur l'articulation entre la lutte d'émancipation de notre peuple, les questions et sociétales et les enjeux globaux.