14 di lugliu 2020 : a cumunità o a morte !

Ogni 14 di lugliu, i patriotti corsi si ramentanu chi in 1755, Pasquale Paoli fù elettu "generale di a Nazione" da a Cunsulta Naziunale adunita ind'e u cunventu San Antone di a Casabianca, è pruclamò l'indipendenza di a Corsica.

LEIA NAZIUNALE s'indirrizza à u populu corsu :

Ognunu u so 14 di Lugliu.

In lu 1789 un facia chè 20 anni chì l’Ordine Culuniale avia furzatu a Nazione Corsa. In Ponte Novu, u Golu purterà sempre l’impronta di quelli corsi chì ci anu lasciatu a vita. Un populu chì si scorda di a so storia hè prontu à more... Oghje simu quì, per lampà una chjama à a cumunità. Di pettu à un sprufundamentu culturale, murale, è ecunòmicu, ùn ci fermerà chè a Tradizione.

A Tradizione, hè ciò chì ci ferma, quande si ne và tuttu à caternu. Chì ghjè a Tradizione ? A tradizione hè tuttu ciò chì face unore à a Vita. Tradizione vole dì Fertilità. Tradizione vole dì Famiglia. Tradizione vole dì Cumunità. Un populu chì vole campà da veru, deve pensà à l’avvene. È l’avvene sò i zitelli. Un populu ch’ùn pò più campà truverà sempre scuse per ùn fà zitelli. È oghje e scuse, si ne spaghja miraculi... Indipendenza senza natalità, hè funtana senza acqua.

A chì campa sperendu, more cacchendu, è i tempi straziati un l’avemu ancu travancatu. Hè ghjunta l’ora d’esse forti. Quande si ne và tuttu à male, ùn c’hè più piazza per tutte e scruccunerie ideulughjìche muderne chì ci portanu dibbulezza è morte. S’omu cerca, ogni populu chì vole campà vole fà cresce a so putenza. A sopravita di u populu corsu ùn vene micca di e so vittorie contra l’invasori. Troppu chjucu, un era micca abbastanza forte per fà fronte. A so putenza, i corsi l’anu trovu ind’è a sulidarità nustrale. Hè cusì chì a salvezza di u populu corsu hè stata assicurata, eppuru a supranata culuniale, ch’ella fussi Ghjenuvese, Francese o tant’altre. Ghjè per quessa ch’ùn ghjova à nunda di pienghje per una ricuniscenza ch’ùn accaderà mai. U statu culuniale francese ùn hà chè a murale chì dipende di a so forza. I corsi ùn anu mai suffertu d’una voglia tamanta d’esse amati. C’hè sempre bastatu d’esse temuti. Di pettu à un invasione è un tramontu ch’ùn si po accuncià, a nostra putenza sarà a cumunità. Oghje più chè mai, ci tocca à fà zitelli è stà uniti.

Simu à leia trà u passatu è l’avvene, è un populu chì si scorda di a so ràzza hè prontu à more. Ràzza antica di paese, sè a moda ti dà l’assaltu, piglieremu e to pratese !

Avemu un paese, ghjè a Corsica. Avemu un populu. Ci tocca à innaquallu di fratellenza, senza scurdassi chì un populu armatu è unitu un sarà mai vintu.

Tandu, chè Dìu ne dia à chì ùn ne hà, ch’à noi ùn ci possi mai mancà, qualchì santu pregherà.

Il n’y aura pas de nationalisme du futur, sans militants du futur.

Aujourd’hui, le colonialisme c’est aussi l’idéologie qui veut détruire les identités ethniques, et le modèle traditionnel de société. Un militant ne peut réellement être au service de son peuple, s’il croit bien faire en reprenant à son compte l’idéologie de l’état colonial. L’indépendance est un horizon. Un idéal. Qui nous rappelle que nous ne sommes, et ne serons jamais français. Mais l’enjeu actuel réside dans le fait de renforcer notre communauté face à l’invasion démographique, et le changement de mentalité qui l’accompagne. Il suffit de regarder la situation en France pour comprendre que l’avenir sera communautaire. Les années à venir risquent d’être très « intenses » pour tout ceux qui ne disposent d’aucune solidarité communautaire. Nos compatriotes de la diaspora, bien que relativement solidaires, ne devraient pas attendre que tous les astres soient alignés pour faire leur retour sur leur terre. Dans ce contexte chaotique qui s’annonce, le destin de la Corse sera d’être un bastion de résistance européenne, mené par les corses. L’intégration est une obsession française.

Les choses se font naturellement ou ne se font pas. Il est inutile de forcer à rapprocher ce qui a vocation à se séparer. On ne lutte pas contre la colonisation de peuplement en faisant de « l’antiracisme ». Discriminer est naturel. Discriminer c’est choisir. Choisir c’est être libre de préférer. Un peuple colonisé se réserve le droit de préférer les siens. Lui interdire, c’est l’empêcher d’être libre. Aimer profondément son peuple, savoir à quoi il ressemble et à quoi il ne ressemble pas, tel est la base du vrai militantisme et de la solidarité naturelle. Aimer et préférer les siens, ne veut pas dire marcher sur les autres. Mais puisque l’état français nous marche dessus, il est du devoir de notre peuple, de rappeler qu’il est le premier peuple de droit sur la terre Corse. Pour les militants de demain, la communauté dépassera les enjeux électoraux, et l’identité comptera plus que les partis politiques. En cette période d’invasion, notre langue est un bouclier qui marque notre différence. Les militants continueront à veiller à ce que notre pays ne ressemble pas à la France. Militant d’aujourd’hui, militant de demain, c’est tout simplement être militant du quotidien. La femme et l’homme corses enracinés, proches de leur famille et de leurs amis, dans l’esprit de ce qu’ont été nos ancêtres.

Si le progrès nous a donné l’illusion que l’on pouvait se passer de sa famille et de sa communauté, les temps difficiles à venir nous donneront l’occasion de les retrouver. C’est de cela dont nous avons besoin aujourd’hui.

Le reste, en l’état actuel des choses, n’est que littérature.

DUMANE SARÀ A CUMUNITÀ, O A MORTE !