Corse Donbass, solidarité anti-impérialiste !

18/03/2018

 

 

Le groupe militant parisien de LEIA NAZIUNALE était au Salon International  du Livre ces 17 et 18 mars afin de participer à la protection de l'écrivain russe Zakhar Prilepin . Celui-ci était venu dédicacer son ouvrage "Ceux du Dombass", publié aux éditions des Syrtes, qui témoigne  des tragiques événements liés au coup d'état perpétré en 2013 en Ukraine par l'OTAN et l'Union Européenne contre le gouvernement élu de ce pays.  Les populations russophones de l'est  avaient alors pris les armes et engagé une lutte de libération nationale, aboutissant à l'émergence des républiques populaires de Donetsk et de Lugansk. La Crimée réintégrera la Fédération de Russie à la suite d'un référendum.

 

Prilepin est un écrivain-guerrier-militant, père de quatre enfants. Ancien commandant au sein des OMON ( troupes spéciales du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie ) il a combattu le terrorisme islamiste en Tchétchénie, puis a pris le commandement d'une unité de volontaires dans le Dombass insurgé. Son engagement au service d'un monde multi-polaire et d'une Révolution Conservatrice anti-globaliste en font un ennemi du "système à tuer les peuples" occidental.

 

 Suite à des informations faisant état de tentatives de perturbations voire d'agression fomentées par des officines liées à l'ambassade américaine de Paris, de nombreux militants de l'Europe des Peuples s'étaient mobilisés pour assurer la sécurité de l'événement.  Cette présence déterminée et efficace a dissuadé la quinzaine d'individus qui prétendaient perturber la conférence de Prilepine et qui, de fait, se limitèrent à exhiber des affichettes et, à distance respectable, proférer quelques insultes.

 

Au centre de cette agitation anti-russe, une certaine  Galia Ackerman , écrivain , traductrice et journaliste.

Présentée comme "d'origine russe " Mme ACKERMAN, collabore à une multitude d'organes de presse et de revues néo-conservateurs liés à l'impérialisme américain et l'oligarchie mondialiste. Elle est également l'une des promotrices des groupes d'agitation subversifs Pussy Riot et FEMEN et a pris une part active au coup d'état "Maidan" de KIEV.

 

  Mme Ackerman n'est pas non plus une inconnue en Corse. Le 13 décembre 2012, elle tenait une conférence à Bastia sur le thème  " L'opposition et la société civile russes face au régime Poutine ", à l'invitation du service culturel de la ville dirigé par des militants ...du Parti Communiste Français ! Elle y raconta  les conditions de l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine : effondrement de l'URSS suite à la guerre totale menée par l'administration Reagan via les pétromonarchies du Golfe Persique ( chute des cours du pétrole ), avènement de l'ère Eltsine et de ses conseillers "made in Harvard", pillage du pays par les oligarques. Une époque que Mme Ackerman considère comme le "printemps de la démocratie", et qui verra l’éclosion de partis politiques ultra-libéraux liés aux capitalisme international. La conférencière évoque ensuite l'ascension de l'équipe Poutine, la reprise en mains du pays par les "structures de forces", et le renouveau national et civilisationnel qui s'ensuivit.

 

Mais ce jour-là, Mme Ackerman fut mise en difficulté par un groupe de patriotes corses -futurs militants de Leia Naziunale- venus porter la contradiction. Mme Ackerman ne pourra éviter certaines questions "incorrectes"  portant sur les liens entre partis libéraux russes, ONG et services américains notamment.  Déstabilisée, la conférencière n'apportera que des réponses vagues et reconnaitra explicitement le rôle des "réseaux Soros", de l'U.E. et de Washington dans les tentatives de déstabilisation de la Russie renaissante et, de manière plus feutrée,  le soutien de certains de ces acteurs au terrorisme islamiste dans le Caucase  russe ( Tchetchénie, Ingouchie, Daguestan ).

 

 

 

Conclusion dépitée de la propagandiste : le "régime Poutine" est solide, soutenu par une grande majorité d'un peuple qui peu à peu sort de la misère où l'avait plongé la "démocratie", un peuple renouant avec sa fierté nationale,ses racines spirituelles et ses ambitions d'incarner un pole de résistance à l'hégémonie atlantiste. Pour Mme Ackerman, seule un crise économique provoquée par une chute des cours du pétrole couplée à des attaques spéculatives concertées replongeant la Russie dans le chaos pourrait provoquer la chute du régime.

Une perspective que Mme Ackerman et ses amis "ne souhaitaient à personne " bien entendu .....

 

 

 

 

Ce 18 mars à Paris, deux conceptions du monde antagonistes et irréductibles se sont fait face. Fidèle à la tradition anti-impérialiste du nationalisme corse et à une vision globale de la lutte d'émancipation des peuples européens, LEIA NAZIUNALE a tenu sa place au sein du camp de la Tradition !

 

                                                 

 

                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload