Soutien aux commerçants d'Aiacciu !


Ce 3 janvier se tenait devant le tribunal correctionnel d'Aiacciu, le procès de la violente agression d'un couple de commerçants ajacciens survenue le 3 décembre dernier. Le procès, repoussé une première fois, avait suscité une mobilisation d'envergure de la population.

Plus de 200 personnes s'étaient de nouveau rassemblées pour soutenir leurs compatriotes confrontés à l'importation en Corse de phénomènes sociétaux devenus la règle en France.

LEIA NAZIUNALE était la seule structure nationaliste à soutenir la mobilisation et ses militants étaient présents au milieu de leur peuple, développant discussion et débats sur le "contexte".

Comparraissait donc ce jour le dénommé S. Ouerghi, traficant en tous genres de son état, et revendiquant à la barre un revenu mensuel de ...plus de 20 000 euros.

L'avocate de la partie civile, Maître Sollacaro, évoqua fort justement et en termes choisis, le contexte général de banlieurisation générant de tels faits divers. Ce contexte liant des affaires apparement différentes fut également au centre de la plaidoirie du défenseur de Mr Ouerghi, Maître Gatti, lequel, par ailleurs membre de l'officine immigrationniste LDH,relia ce procès à un autre , celui du 17 janvier prochain à Bastia, intenté à six Corses coupables d'insolence par ...le président de la LDH. De l'avis de tous , ces multiples affaires d'agressions contre des Corses et de résistance de ces mêmes Corses, s'inscrivent dans un cadre global, politique, idéologique.

L'avocat de l'accusé tenta une manœuvre classique dans ce type d'affaires , toujours en lien avec le "contexte" : l'inversion des rôles, l'honnête trafiquant Ouerghi devenant victime du très méchant commerçant Guglielmi. Sans trop de succès : le voyou écopera au final de 8 mois de prison dont 4 avec sursis.

Cette triste affaire à suscité en Corse une certaine émotion et une détermination des Corses à ne pas laisser s'installer chez eux, des comportements étrangers à notre culture , résultant d'une politique de francisation sociétale, au service d'une volonté éradicatrice. La solidarité est une arme et l'unité de notre peuple face aux agressions dont il est la cible une garantie de survie et de liberté. Afin de ne jamais subir le triste sort de soumission et de peur qui prévaut désormais sur la majeure partie du territoire du " pays ami". Leia naziunale continuera à se mobiliser aux côtés des Corses partout où ceuxci seront agressés en tant que tels.

Un populu unitu ùn serà mai vintu !

.