Le "procès Paccou" reporté pour la seconde fois !


Ce mardi 13 décembre à Bastia était prévu le procès de quatre Corses poursuivis par l'appareil judiciaire français sur injonction du dénommé André Paccou, inénarrable président de la section insulaire de l'officine mondialiste "Ligue des Droits de l'Homme", qui œuvre à la politique de colonisation de peuplement implacablement menée par la République Française. Deux des accusés sont défendus par Maitre Chansay-Wilmotte, du barreau de Bruxelles, un avocat-militant engagé pour la cause de la liberté de pensée et d'expression. Le procès a été reporté pour la seconde fois au motif de "problème de calendrier". Cette affaire ridicule à base de grivoiserie sur les réseaux sociaux, comporte en réalité une dimension politique et idéologique que traduisit l'intervention de l'avocat de Mr Paccou auprès du directeur de cabinet du ministre français de la Justice lors de sa venue en Corse en septembre dernier. Des liens étroits unissent la LDH à l'appareil d'état français et ses cercles dirigeants et de fait, la LDH prétend s'instaurer en police de la pensée habilitée à dire aux indigènes Corses ce qu'ils doivent penser et ressentir. Sans la moindre légitimité démocratique ni soutien populaire, en s'appuyant exclusivement sur les médias et services de l'état français, cette officine financée par des fonds publics revendique l'autorité de "cadrer" les débats sociétaux autour de la question corse.

Une délégation de LEIA NAZIUNALE était présente au procès pour soutenir nos compatriotes et amis.

LEIA NAZIUNALE entend instruire devant le peuple Corse, le procès PUBLIC, PERMANENT et POLITIQUE des officines immigrationnistes, de leurs agissements, de leurs financements par l'argent des contribuables corses.

LEIA NAZIUNALE appelle plus que jamais à l'unité du peuple Corse derrière l’Idée Nationale pour affronter les immenses défis des temps présents et à venir.

Un populu unitu un serà mai vintu !