LEIA NAZIUNALE répond à la LDH

Lors d'une conférence de presse donnée ce lundi 26 septembre, l'officine mondialiste "Ligue des Droits de l'Homme" et son inénarrable président local ( à vie ? ) Mr PACCOU, accompagnée de "l'association populaire des tunisiens de Corse" , ont prétendu mettre en accusation LEIA NAZIUNALE au sujet des mouvements de résistance populaire se développant ces derniers mois en Corse, et à travers LN , cette résistance elle-même.

La LDH entend proposer un débat public sur les questions sociétales , mais "selon une grille d'analyse définie par nos deux associations" selon ses propres termes. Le débat est donc préalablement cadré selon les classiques procédés totalitaires du politiquement correct. Cette malhonnêteté intellectuelle s'accompagne d'un procédé tout aussi classique des structures subversives mondialistes et des médias dominants : celui de l'inversion accusatoire , les victimes étant désignées comme les agresseurs et les autochtones systématiquement coupables.

L'officine mondialiste LDH développe son action en Corse sur trois axes :

- neutralisation idéologique de la lutte nationale par l'implication dans le dossier des prisonniers politiques-otages.

- promotion de la politique de colonisation de peuplement par l'immigration de masse menée par l'état français en Corse au travers d'un "droit du sol " exclusif et du laïcisme forcené prônè par Paris ( la Corse n'est pas catholique, donc tout le monde est chez soi en Corse ).

- dénonciation et tentative de criminalisation des opposants à cette politique et ses fondements idéologiques. La LDH prétend s'ériger en police de la pensée et "rééduquer" les indigènes corses selon les dogmes de la gouvernance globale.

Au niveau français, la LDH a participé à l'offensive pro-burkini de cet été en compagnie de structures islamistes liées aux Frères Musulmans.

La LDH, comme les autres officines de même type, est financée par de l'argent public , c'est à dire celui du contribuable qu'elle prétend "rééduquer". La LDH est étroitement liée à "l'état profond" français 'est à dire aux structures de pouvoir globalistes non élues qui contrôlent effectivement le régime de Paris.

LEIA NAZIUNALE entend alerter l'opinion publique sur les agissements de cette officine et exiger la fin de son financement par l'argent des contribuables corses.

LEIA NAZIUNALE entend participer au débat public sur toutes les questions touchant à l'avenir et aux intérêts vitaux du peuple Corse,dans la courtoisie et le respect de tous, en dehors des "cadres préalablement définis" par une structure sans légitimité démocratique, s'appuyant exclusivement sur l'appareil d'état et la sphère médiatique aux ordres.